Chasseur d'OVNIs (Jean-Marie Bigorne)

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

Présentation du livre (par l’éditeur)

L'auteur, ancien cadre des Douanes, a eu l'occasion d'observer, dès 1954 et à plusieurs reprises, des anomalies aériennes qui n'ont pu être identifiées. Intrigué par le mystère des Objets Volants Non Identifiés (Ovnis), il s'est investi, dès 1970, dans de minutieuses enquêtes de terrain. Cela lui a permis de rencontrer des témoins, de les interviewer longuement et de constater, de visu, les traces laissées par les Ovnis après une observation au sol.

 

Ayant eu l'occasion d'enquêter sur un nombre significatif de rencontres rapprochées dites "du 3e type", avec présence d'entités, il est devenu un spécialiste de ces affaires. Il résume ses recherches dans ce livre, livrant le résultat de ses enquêtes, révélant ce qui ne pouvait l'être il y a encore une trentaine d'années. Suivons-le dans ce récit d'aventures agrémenté de considérations personnelles très variées nourries de sa longue expérience et de ses entretiens avec des responsables officiels et des scientifiques ouverts à l'étude de ce mystère

Editions Le Temps Présent Mars 2014 Collection Enigma

Présentation de l'auteur par Gérard Lebat

Jean Marie Bigorne est l’un des dinosaures de la lignée d’enquêteurs de terrain qui à la fin des années 60 et courant 70, a émergé du milieu ufologique de l’époque ; en compagnie, entre autre de Joël Mesnard, Francis Schaeffer, Michel Turco, Jean Louis Becquereau, Claude Pavie et qui à l’époque étaient dans le giron d’associations ou revues telles le GEPA, LE GEOS ou LUMIÈRES DANS LA NUIT…. Ils sont les premiers à avoir acquis les premières bases de véritables compétences dans l’enquête auprès des témoins d’ovni. Elles font souvent référence encore aujourd’hui. Tout d’abord traitées dans un style plus journalistique et très élémentaire les premières enquêtes du début des années 50, ont évolué dans ce second temps vers plus de professionnalisme. Toutefois, avec les années, des procédures se sont mises en places et dans la théorie, aujourd’hui, l’enquêteur peut acquérir des compétences intéressantes par l’intermédiaire de cours. Toutefois, si les grands enquêteurs évoqués plus haut ont été en mesure de développer cette technique, c’est qu’à cette époque il y avait de temps à autre des observations intéressantes (atterrissages, traces, objets à terre etc…). De nos jours, si les procédures d’enquêtes semblent être plus élaborées, on se retrouve par contre face à un problème nouveau : le manque d’observations intéressantes afin de les mettre en pratique !....
Durant cette période glorieuse de la fin des années 60 et la décennie 70, Jean Marie Bigorne à fait très régulièrement ce travail d’enquête, publié en ce qui le concerne, essentiellement par Lumières dans la Nuit. Il a parcouru principalement le nord de France pour rencontrer les témoins. Peu d’observation à cette époque, lui ont échappé. Il était très connu du public surtout localement, et au-delà en tant qu’enquêteur. Son rôle d’informateur n’a pas été négligeable car il est intervenu à de nombreuses reprises dans la presse régionale et surtout, il a donné de nombreuses conférences à la fois dans des grandes salles, tout comme dans les établissements scolaires, clubs ou organisations composées de quelques dizaines de personnes.
Toujours discret, il n’a pas beaucoup fait parler de lui durant ces dernières décennies, mais son intérêt pour le dossier ovni était toujours intact, dossier qu’il suivait depuis le début des années 80 avec plus de distance. Le nombre d’enquêtes qu’il a réalisé dépasse certainement la centaine. Sa notoriété parmi les chercheurs sur le phénomène ovni est importante encore aujourd’hui et il est souvent associé ou appelé à contribution, à collaboration, lors de la constitution de catalogues ou d’études précises, tel le catalogue des humanoïdes dressé aux États-Unis par Albert Rosales, un chercheur reconnu mondialement dans ce domaine. Jean Marie Bigorne, qui est domicilié sur la région de Maubeuge, il collabore actuellement et ceci depuis de nombreuses années avec le GERU de Roubaix (qui date quant à lui de juin 1972….) dirigé par Joël Duquesnoy (une amicale pensée pour Joël, nos souhaits d’un bon rétablissement, à la suite d’un incident de santé qui le bloque depuis de nombreux mois….) lui aussi un enquêteur qui a derrière lui plus de 40 années de pratique. Il a également collaboré avec Jean Pierre D’Hondt, le fondateur du GNEOVNI, sur Lille, un groupement qui se chargeait lui aussi d’enquêter sur le phénomène ovni dans le Nord de la France. La région était alors très bien quadrillée au niveau enquête et sensibilisation du grand public car tous étaient aptes à faire des conférences d’informations, expositions et aider les médias locaux lors des enquêtes journalistiques qu’ils menaient sur le dossier des Objets Volants Non Identifiés ;
Les activités ufologiques de Jean Marie Bigorne étaient en conséquence très larges, sa compétence n’est plus à démontrer d’où sa collaboration et le fait d’être connu du très fermé milieu ufologique qui se consacre à l’étude des cas les plus sérieux et intéressants dans le but de tenter d’en tirer des informations utiles.
Jean Marie Bigorne est méticuleux et sur chaque affaire, il conserve depuis l’origine un dossier complet dans lequel on peut trouver non seulement les informations relatives aux cas sur lesquels il a enquêté, mais aussi son impression quant au témoin, son avis sur l’observation, des éléments de l’environnement composant le contexte personnel du témoin etc……….. C’est de ces archives personnelles, patiemment constituées, qu’il en a aujourd’hui extrapolé son ouvrage.
On peut commander ce livre dans les bonnes librairies ou encore sur internet, sur le site que vous préférez et qui vous le livrera en 24 ou 48 h à votre domicile.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont une zone de libre expression qui permet un certain débat entre gens de bonne compagnie. Tous les commentaires sortant des limites de la liberté d'expression, injurieux, calomniateurs, diffamatoires ou ayant pour objet des attaques personnelles seront supprimés et leurs auteurs inscrits sur une liste noire sans préavis et sans appel


Code de sécurité
Rafraîchir

logo ffu

 Vous souhaitez avoir des nouvelles des activités du Mufon -France et plus largement de l'ensemble de la communauté ufologique ? Participer à des rencontres, en organiser vous mêmes ? Une seule adresse, celle du site de la Fédération Francophone d'Ufologiesupport de communication du MUFON - France,.dirigé par Gérard Lebat Directeur de la communication.